Ballades et escales en littérature africaine

Bienvenue et joyeuses balades dans la littérature du continent africain ; écrivains africains, africaines des lettres, je navigue dans vos livres, vos récits, vos romans ; Sahel, Afrique centrale, Afrique de l'est, Afrique de l'ouest, francophone, anglophone et autres, nous vibrons à ton écoute.

7
août 2008
**** Emmanuel Dongala, « Le feu des origines ».
Posté dans Dongala Emmanuel, _ CONGO _ par Hervé à 4:57 | Pas de réponses »

dongalaelefeudesorigines.jpg 

Avec « Le feu des origines », Emmanuel Dongala signe un de ses meilleurs romans. La trame est construite autour du destin incroyable du Congolais Mandala Mankunku. Au travers du vécu de ce personnage, c’est la vie du village, la colonisation puis le soleil trompeur des indépendances qui nous sont narrés. Au village où les Blancs sont encore inconnus, Mandala est un homme puissant et dangereux en raison de son savoir occulte. Mais cette puissance n’est pas suffisante pour empêcher l’arrivée des colonisateurs qui assujettissent les villageois au paiement de l’impôt et au travail obligatoire. Révolté, Mandala Mankunku décide de migrer dans la capitale, pensant qu’il y serait plus libre. Arrivé et impressionné par cette Babylone, II décroche un travail exceptionnel, celui de conducteur de locomotive. Une machine créée par la sorcellerie des Blancs. Il devient l’incarnation de la réussite des Africains. Mais avec le temps, Mandala Mankunku tombe dans l’anonymat. Les récits des tirailleurs sénégalais à propos de la guerre en France sont bien plus saisissants. Leur morgue contient les prémices d’une l’indépendance mais aussi l’aube des régimes autoritaires. Mandala en fera l’amère expérience. « Le feu des origines » est une belle œuvre écrite judicieusement et où le lecteur ne ressent aucune impression d’ennui.


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Lire, Voir, Ecouter... |
mespetitsmotspourtoi |
جولة... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hédonisme et Existentialisme
| Les mots de passage
| Ma vie litteraire