Ballades et escales en littérature africaine

Bienvenue et joyeuses balades dans la littérature du continent africain ; écrivains africains, africaines des lettres, je navigue dans vos livres, vos récits, vos romans ; Sahel, Afrique centrale, Afrique de l'est, Afrique de l'ouest, francophone, anglophone et autres, nous vibrons à ton écoute.

7
août 2008
**** Ilboudo Monique, « Le mal de peau ».
Posté dans Ilboudo Monique, _ BURKINA FASO _ par Hervé à 5:07 | 2 réponses »

ilboudomlemaldepeau.jpg 

« Le Mal de Peau », titre du roman de Monique Ilboudo, est cette couleur métisse qui en Afrique comme en France est appréciée comme une tare raciale en rupture avec les références morales des deux sociétés, que ce soit durant le colonialisme ou au temps des indépendances. Sibila, jeune fille d’un village, victime d’un viol commis par le commandant « aux chevaux de maïs frais » est frappée d’ostracisme par les villageois pour avoir malgré elle enfreint les coutumes. Mise au ban de son village pour avoir transgressé l’obligation d’être marié avant de porter un enfant et qui plus est une fille métisse, elle se doit de fuir vers la capitale. Devenue mère d’une importante fratrie mais toujours pas mariée, Sibila sait qu’elle n’aura jamais un statut comparable à celui d’une épouse. Sa fille métisse, Cathy, tout comme sa mère, doit affronter l’exclusion dont elle est la victime. Trop blanche en Afrique et trop noire en France où elle poursuit ses études d’architecture, celle-ci s’attaque à chaque rempart qui s’élève dans sa quête à vivre son amour et à retrouver son père naturel ». Son destin et celui de sa mère sont imbriqués l’un dans l’autre, ce qui permet page après page d’assister à leurs revers dans une existence où le fatalisme se joue d’elles.


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

2 réponses:

  1. Ferrand Hervé écrit:

    Bonjour Mme Ilboudo.
    Je vous remercie de votre gentillesse et de vos encouragements pour ce modeste travail sur la littérature africaine.
    Quel bonheur de savoir que mes quelques chroniques participent d’une certaine manière à vous plonger dans la littérature africaine.
    Bien sûr, je vous conseille de visiter les univers d’auteurs qui me tiennent à cœur, entre autres : Seffi Atta, Tierno Monénembo, Diop Boubacar Boris, Tchak Sami, Aminata Saw Fall ou encore le grand Nuruddin Farra. Bien évidemment la liste n’est pas du tout exhaustive. La littérature africaine est d’une telle richesse _ et c’est tant mieux ! _ que s’y égarer et un ravissement. Et quel bonheur de savoir que les nouvelles générations d’écrivains du continent noir ont repris le flambeau sans rougir et avec fierté.

    Merci à Vous.

  2. Maggotbrain écrit:

    Quel merveilleux blog! Inspirée par vos critiques et recommandations, je me suis hâtée de commander une dizaine de livres. J’ attend de les recevoir avec impatience. Je suis en ce moment même en train de lire le » mal de peau », et si le fond de l’histoire me laisse sous le charme j’ai néanmoins été quelqu peu surprise par la simplicité d’ écriture…Peut être est ce parce que je venais de terminer deux ouvrages de Kangni Alem qui à une plume des plus affuté… L’ ouvrage n’en reste pas moins fort savoureux !

    A bientot, et excellente continuation surtout !

Laisser un commentaire

Lire, Voir, Ecouter... |
mespetitsmotspourtoi |
جولة... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hédonisme et Existentialisme
| Les mots de passage
| Ma vie litteraire