Ballades et escales en littérature africaine

Bienvenue et joyeuses balades dans la littérature du continent africain ; écrivains africains, africaines des lettres, je navigue dans vos livres, vos récits, vos romans ; Sahel, Afrique centrale, Afrique de l'est, Afrique de l'ouest, francophone, anglophone et autres, nous vibrons à ton écoute.

7
août 2008
***Nuruddin Farah, »Du lait aigne doux ».
Posté dans Farah Nuruddin, _ SOMALIE _ par Hervé à 6:17 | Pas de réponses »

nuruddinfarahdulaitaigredoux1.jpg 

Avec cette trilogie dont le premier titre s’intitule « Du lait aigre doux », Nurrruddin Farah dénonce la dictature sans concession menée d’une main de fer par le Général. Un dictateur qui dispose d’une multitude de sbires recouvrant l’ensemble de la Somalie. Tout citoyen se doit d’être ligoté à la mécanique démente de la dictature. À partir du moment où un trublion critique le régime et cela quelque soient les moyens et les degrés de sa résistance, la toile meurtrière s’abat sur lui. À l’affrontement direct contre la dictature, Nuruddin Farah préfère prendre le destin de quelques personnages qui tentent dans leur quotidien et avec leurs moyens dérisoires de résister ; une résistance qui leur permet d’être tout simplement des hommes. C’est le cas avec Loyann qui a des doutes sur la mort dite naturelle de son frère, Soyann. Pour connaître la vérité sur ce décès, il fait appel aux amis, aux contactes de son frère. Au cour de sa prospection dangereuse dans une dictature où chacun doit rester à sa place sous peine d’être poursuivi, Loyann découvre que son défunt frère n’était pas seulement un brillant économiste attaché à la Planification de la Présidence. Il était aussi membre d’un groupe clandestin d’opposants. Plus Loyann avance dans ce périple, plus la chape de plomb se fait menaçante. Un roman fort.


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Lire, Voir, Ecouter... |
mespetitsmotspourtoi |
جولة... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hédonisme et Existentialisme
| Les mots de passage
| Ma vie litteraire