Ballades et escales en littérature africaine

Bienvenue et joyeuses balades dans la littérature du continent africain ; écrivains africains, africaines des lettres, je navigue dans vos livres, vos récits, vos romans ; Sahel, Afrique centrale, Afrique de l'est, Afrique de l'ouest, francophone, anglophone et autres, nous vibrons à ton écoute.

Archive pour la catégorie 'Badian Seydou'


** Badian Seydou, « La mort de Chaka ».

7 août, 2008
Badian Seydou, _ MALI _ | 12 réponses »

La pièce de théâtre en cinq actes, « La mort de Chaka », de Seydou Badian, décrit les derniers jours de l’un des plus grands guerriers de l’Afrique, Chaka. La guerre perpétuelle et sanguinaire que mène le tyran en Afrique du Sud au XIXème siècle contre les tribus hostiles, ont fait du royaume du maître l’un des plus importants et des plus riches. Malgré toute cette richesse et l’édification d’un état fort de ses centaines de milliers de soldats, Chaka continue à guerroyer contre toute raison. Nombreux sont ceux qui pourtant aspirent à la paix ; une paix dont ne veut pas entendre un tyran ne vivant que par le sang de ses sagaies. Confronté s à la folie sanguinaire de leur maître, des généraux considèrent qu’il faut en finir avec ces guerres. Il est temps de déposer les armes et de retourner auprès des siens. Toutefois une impasse leur fait front, leur maître Chaka. Un thème historique important qui méritait une analyse plus profonde dans un développement plus long.

*** Badian Seydou, « Sous l’orage ».

7 août, 2008
Badian Seydou, _ MALI _ | 9 réponses »

badianseydousouslorage.jpg 

Avec son roman « Sous l’orage »,  Seydou Badian évoque un thème qui a été largement traité, la place du mariage dans une société africaine où le droit coutumier est mis à mal par les nouveaux venus, les Blancs et leurs cultures. Les nouveaux maîtres imposent des obligations juridiques en porte-à-faux avec les traditions. Le mariage coutumier n’y échappe pas. En Afrique, celui-ci ne consacre pas uniquement une alliance entre deux époux. Le mariage engage aussi et c’est un point essentiel, l’union de deux familles qui se doivent assistance dans une société régie par les solidarités communautaires. Cet acte crucial ne peut pas être délégué à la seule responsabilité de deux jeunes jouvenceaux irresponsables et cela au titre d’un mariage d’amour. Ce genre de comportement individualiste est inenvisageable. Ce serait le reniement des paroles des ancêtres. Une violation sacrée. Pourtant les nouvelles générations entendent secouer le joug des interdits pour répondre favorablement à leurs désirs. Confrontés à ses nouveaux défis, les anciens accusent les colons et leurs écoles. Des écoles qui égareraient les jeunes des sentiers traditionnels par le martèlement de l’individualisme. En dépit d’un sujet souvent traité par ses consorts, Seadou Badian réussit tout de même à apposer sa touche personnelle dans un style fluide qui rend agréable la lecture.

Lire, Voir, Ecouter... |
mespetitsmotspourtoi |
جولة... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hédonisme et Existentialisme
| Les mots de passage
| Ma vie litteraire