Ballades et escales en littérature africaine

Bienvenue et joyeuses balades dans la littérature du continent africain ; écrivains africains, africaines des lettres, je navigue dans vos livres, vos récits, vos romans ; Sahel, Afrique centrale, Afrique de l'est, Afrique de l'ouest, francophone, anglophone et autres, nous vibrons à ton écoute.

Archive pour la catégorie 'Bebey Francis'


***Bebey Francis, Le ministre et le griot.

15 mars, 2010
Bebey Francis, _ CAMEROUN _ | 2 réponses »

bebeyfrancisleministreetlegriot.jpgFrancis Bebey est né en 1929 à Douala au Cameroun et s’est éteint à Paris en 2001. Artiste aux talents multiples, son art consommé de la chanson lui assure une reconnaissance internationale. Plume alerte, la littérature lui offre une belle consécration avec son roman Le fils d’Agatha qui remporte le Grand Prix Littéraire de l’Afrique Noire en 1968. Les poupées ashanti (1973) et Le roi Albert d’Effidi (1977) confirment le bon accueil qu’il reçoit tant chez le public qu’auprès des critiques. Dans son roman Le ministre et le griot publié en 1992, Francis Bebey se fait analyste des rapports entre l’Afrique d’avant le colonisation et celle des indépendances ; en particulier dans son organisation sociétale et des conséquences de celle-ci sur l’exercice du gouvernement. Dans la république fictionnelle du Kessebougou où les citoyens sont encartés dans l’unique parti, celui de l’Authenticité Nouvelle, Damba Diabaté, Premier Ministre, nomme à la tête du ministère des finances son ami d’enfance Kéita Dakouri. Les deux jeunes hommes issus des centres d’enseignements les plus illustres d’Europe et rompus aux principes de la gouvernance occidentale entendent bien appliquer leur savoir faire pour que leur jeune nation prenne le chemin de la modernité. Mais un obstacle à leur coopération, apparemment sans importance, contrarie leurs desseins de « bon en avant » national : la mère du ministre des finances, la noble Binta Diallo, refuse que Damba Diabaté assiste aux fiançailles de son fils Kéita Dakouri ; faire accueil et génuflexions à un Premier Ministre au sang sali par des ancêtres griots, condition ô combien misérable, ne peut qu’insulter sa dynastie princière et celle de son fils. Devant l’intransigeance hargneuse de sa mère qui menace de bouder la réception, évènement mondain majeur du pays, Kéita Dakouri fait machine arrière et s’entend avec son ami pour que celui-ci fasse prévaloir un déplacement en province dans le cadre de ses fonctions gouvernementales et ainsi légitimer son absence aux festivités. Il est de l’intérêt national que cette affaire ne soit pas ébruitée et que « radio-trottoir » ne s’en empare pour en faire un brûlot populiste. Malheureusement pour les deux comparses, « radio-trottoir » a un paire d’oreilles, une bouche et des jambes suffisamment aguerries qu’une fois la machine infernale en route toutes velléités pour l’arrêter sont vaines. Le petit peuple des quartiers pauvres embrase les rues des principales villes en dénonçant le système des castes qui régentait la vie de l’Africain d’avant les indépendances ; cet avilissement de la condition humaine n’a plus lieu d’être dans une nation se voulant moderne et où les citoyens sont censés égaux. La nation mise en péril, il est urgent pour les protagonistes de faire amende honorable et reconnaître que le « bon en avant » n’est pas seulement économique mais aussi culturel. Françis Bebey nous offre un roman de bonne facture. Il est à regretter cependant que Le ministre et le griot ne soit pas servi par une écriture ambitieuse ; le ton y est bien trop linéaire. Du reste, les digressions, souvent inutiles, donnent la mauvaise impression au lecteur d’assister à un cours professoral.

Bebey Francis, Le ministre et le griot, 1992, Ed. Sépia, 192 p. 

Lire, Voir, Ecouter... |
mespetitsmotspourtoi |
جولة... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hédonisme et Existentialisme
| Les mots de passage
| Ma vie litteraire