Ballades et escales en littérature africaine

Bienvenue et joyeuses balades dans la littérature du continent africain ; écrivains africains, africaines des lettres, je navigue dans vos livres, vos récits, vos romans ; Sahel, Afrique centrale, Afrique de l'est, Afrique de l'ouest, francophone, anglophone et autres, nous vibrons à ton écoute.

Archive pour la catégorie 'Bhely-Quenum Olympe'


**** Bhêly-Quénum Olympe, « Le chant du lac ».

13 août, 2008
Bhely-Quenum Olympe, _ BENIN _ | 7 réponses »

bheliquenumlechantdulac.jpg 

Qui mieux que Olympe Bhêly-Quénum, fils d’une grande prêtresse vaudou, universitaire et diplomate, peut nous conter la métamorphose existentielle d’un peuple, d’une nation, le Dahomey. Les divinités de ses terres crient leur colère ! Elle se considèrent désavouées, violées par un pays qui sur la voie de l’indépendance _l’action se déroule en 1956_, se veut désormais éclairé par ses seules élites formées au rationalisme de la puissance coloniale. Se sentant trompés, violés, les Dieux mythiques qui jusque-là échappaient aux conjonctures humaines sont bien décidés à endosser leurs armures pour un combat où leur existence même est en jeu. Les hostilités éclatent dans un gros bourg bordé d’un immense lac aux berges infinies. La vie quotidienne gravite autour des eaux. Les poissons y sont abondants. Les pirogues qui transportent les commerçants vers les nombreux villages qui encerclent le lac sont indénombrables. La vie sur cet endroit de la terre y est paisible. Ouvert sur le monde par le trafic ferroviaire, signe des temps modernes, les habitants n’oublient pas d’honorer les Dieux du lac sans lesquels il n’y aurait pas de prospérité. Les vacances arrivant, des enfants du villages, étudiants à la métropoles, sont de retour avec la volonté de faire partager leur savoir aux leurs. Aimant les plaisirs bucoliques de la vie villageoise, participant aux travaux des champs et de la pêche, ils se montrent très critiques sur l’organisation politique locale et à l’encontre des divinités sensées habitées le lac. Ces dernières ne seraient-elles pas simplement pures chimères ? Quel affront ! Les élections locales attisent les dissensions sur la véracité des légendes. Des candidats officiellement ou à demi-mots sont eux aussi suspicieux. Des signes de discordes dans la vie du bourg habituellement paisible apparaissent au grand jour. Les traditionalistes conspuent les hérétiques. Serait-ce le début d’un monde arrivant a son terme ? Les piroguiers sont inquiets : les eaux du lac s’assombrissent sous un brouillard lugubre et dans un silence inquiétant. Les courants se font de plus en plus dangereux. Les monstres marins se réveilleraient-ils pour faire tonner leur colère ? Partis à l’aube, Fanouvi le piroguier et madame Ouhéhou, commerçante, flanquée de ses deux enfants vont affronter l’ire des Dieux dans une épopée homérique, alors que les habitants quelques soient les dissensions sont les témoins aveugles du déluge, acculés qu’ils sont sur la rive. Ce combat titanesque annonce-t-il la fin d’un monde ? « Le chant du lac » est tout à la fois le témoignage d’une communauté qui est frappée par une révolution culturelle et un roman fascinant, envoutant. A lire absolument.

Lire, Voir, Ecouter... |
mespetitsmotspourtoi |
جولة... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hédonisme et Existentialisme
| Les mots de passage
| Ma vie litteraire