Ballades et escales en littérature africaine

Bienvenue et joyeuses balades dans la littérature du continent africain ; écrivains africains, africaines des lettres, je navigue dans vos livres, vos récits, vos romans ; Sahel, Afrique centrale, Afrique de l'est, Afrique de l'ouest, francophone, anglophone et autres, nous vibrons à ton écoute.

Archive pour la catégorie 'Sunjata'


* Sunjata, « Kalachnikov Blues ».

28 août, 2009
Sunjata, _ COTE D'IVOIRE _, _ GUINEE _, _ MALI _ | 2 réponses »

sunjatakalachnikovblues.jpg 

Sunjata est un touche à tout : producteur, auteur, compositeur et interprète d’albums de hip-hop, il est également administrateur du lieu de fabrique artistique La Chapelle à Montpellier. Ce polyvalent a des origines dispersées dans plusieurs pays pour son plus grand bonheur : Côte d’Ivoire, France, Guinée et Mali. Kalachnikov Blues est son premier roman. Un écrit court ( un peu plus d’une centaine de pages ) publié par une nouvelle maison d’édition française consacrée à la littérature africaine Vent d’ailleurs sous la direction artistique du grand écrivain malgache Jean-Luc Raharimanana. Kalachnikov Blues est un polard qui met en scène un policier d’une ville perdue à l’intérieur de la Guinée qui va être en prise avec des barbouzes d’une France-Afrique qui décidément n’apprécie pas l’instauration d’un régime dit démocratique qui entend remettre en cause les contrats passés avec une multinationale française aux intérêts confondus avec ceux de la patrie des Droits de l’Homme à vocation toute relative ; des contrats commerciaux, d’exploitation iniques conclus avec l’ancien potentat guinéen enfin décédé après une longue maladie. C’est qu’ils ont la peau dure ces vieux dictateurs d’un autre temps. La trame du roman est prometteuse d’autant plus qu’elle est servie par un style qui s’amourache d’un argot croustillant : « Un coxeur, un ‘prenti, ou apprenti en bon Français de Gaulle, fit le tour des passagers ( du taxi ) pour les faire cracher au bassinet. Il n’osa pas réclamer son dû au commissaire, qui, ô privilège de sa fonction, ne payait jamais le transport, mangeait à l’œil dans les gargotes et baisait gratuitement les prostituées sierra-léonaises du Hanoï-Bar ». Le lecteur reconnaît certains personnages réels de la France-Afrique sans qu’ils soient cités nommément. Comment ne pas reconnaître cet ancien ministre de l’intérieur français doté d’un accent marseillais bien prononcé qui se vente d’avoir inventé le vol charter aller-simple gratuit : « On va vandaliser les vandales : pour lutter contre l’immigration clandestine j’enverrais des charters avec cent un dalmatiens ». Sacré Pasqua ! Annonciateur de bons auspices, les lecteurs que nous sommes auraient pu penser passer un bon moment en compagnie de ce livre. Hélas la centaine de pages est grandement insuffisante pour traiter de ce scénario prometteur. Que de raccourcis ! De nombreux personnages intéressants, comme cette juge d’instruction parisienne qui découvre les malfaçons de la multinationale avec la collusion du milieu politique français, sont croqués en quelques lignes. Cette trame romanesque méritait beaucoup mieux que le résultat final. Que dire de la clôture de l’énigme si ce n’est qu’elle pourrait apparaître à certains ridicule au du moins trop facile. Le sourire et l’intérêt des premières pages cèdent petit à petit à la frustration et à l’ennui. En conclusion : un essai qui n’est pas transformé.

Lire, Voir, Ecouter... |
mespetitsmotspourtoi |
جولة... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hédonisme et Existentialisme
| Les mots de passage
| Ma vie litteraire